Certains enfants présentent des problèmes d’apprentissage du langage (aphasie, dysphasie, trisomie, autisme, atteintes neurologiques, blocage d’origine psychologique…) qui se traduisent parfois par des troubles du comportement. L’impossibilité d’acquérir le langage oral ne doit cependant pas priver ces enfants de communiquer avec leur entourage et d’exprimer leurs besoins. L’utilisation des signes dans ce contexte peut permettre une ouverture sur le monde et favoriser l’acquisition de connaissances. On peut rapprocher cette approche du programme makaton mis au point par Margaret Walker. Le makaton, programme d’aide à la communication et au langage, utilise la parole, les signes et/ou les pictogrammes. Il permet à l’enfant de rentrer en communication avec son entourage, favorise les échanges et optimise l’intégration sociale. Les signes utilisés sont ceux de la langue des signes française. Les pictogrammes sont des symboles graphiques codés qui représentent des mots. Associés entre eux dans un système « rébus », ils permettent de construire des phrases.

Les enfants avec des problèmes médicaux

Parfois des problèmes médicaux, une opération, les effets secondaires d’un traitement, peuvent empêcher l’enfant de s’exprimer par la parole. La langue des signes s’avère alors un bon substitut du langage parlé momentanément indisponible.